Répression sanglante en Colombie : “le pouvoir assassine”

Depuis plusieurs jours, les rues ne désemplissent pas en Colombie. La mobilisation de milliers de colombiennes et de colombiens est sanglante et a déjà causé près d’une vingtaine de morts selon les autorités et plus de 800 blessés.

Les Répliques ©

La colère est partie d’un projet de réforme fiscale, retiré depuis par le président Colombien Ivan Duque. La mobilisation a également provoqué la démission du ministre des Finances, Alberto Carrasquilla. 

Les Nations Unies ont dénoncé ce mardi 4 mai un usage excessif de la force par les autorités. La communauté internationale appelle au calme. 

Les Répliques ©

Lors des manifestations du 1er mai à Paris, des militants ont déroulé sur la place de la République une liste conséquente de noms de leaders sociaux assassinés en Colombie. 

Car le bilan est lourd : l’ONG Temblores confirmait mardi près d’une trentaine de morts. Les autorités, elles, parlent de 19 morts dont un policier, plus de 800 blessés et au moins 87 disparus.

Les Répliques ©

Les témoignages de violences policières colombiennes : tirs à bout portant, détentions arbitraires etc continuent d’affluer de toutes les villes de Colombie. À Cali où la mobilisation et la répression est la plus intense, mais aussi à Bogotá, Medellín, Barranquilla ou dans des villes moins grandes comme Bucaramanga, Manizales, Ibagué ou Pasto.

Des violences dénoncées par les organisations de droits de l’Homme. L’ONG Movice a dénoncé une “action disproportionnée et criminelle de la police nationale et des forces anti-émeute”.

Les Répliques ©

En France, des représentants du parti de la Colombie humaine et diverses associations des droits de l’homme ont rédigé un texte signé par une poignée de députés à l’attention d’Emmanuel Macron pour demander au “gouvernement Français d’interpeller le président Colombien afin de garantir l’application des accords de paix.”

Un texte pour le moment resté sans réponse. De son côté le président de la France Insoumise Jean-Luc Mélenchon a dénoncé un “pouvoir qui assassine” :


La Colombie se dirige t-elle vers une guerre civile ? Ce qui est sûr, c’est que le conflit est parti pour durer.

Soutenez Les Répliques ! Média indépendant ne touchant ni revenu publicitaire ni subvention publique. Aidez-nous à poursuivre et à nous développer en faisant un don en cliquant ici. Ou en vous abonnant au site afin d’accéder à l’intégralité de nos publications ou enfin en vous procurant un article depuis notre boutique !

Soutenez Les Répliques sur Tipeee

Partagez sur les réseaux sociaux !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *