Chlordécone : important rassemblement à Fort-de-France en Martinique « Non à l’impunité ! »

Samedi 27 février, plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées dans les rues de Fort-de-France en Martinique, pour protester contre la prescription dans le dossier d’empoisonnement au chlordécone dans les Antilles Françaises.

Manifestants à Fort-de-France – Crédit photo Micha Bellemare ©

« Non à l’impunité ! » Les manifestants se sont retrouvés par milliers dans les rues de Fort-de-France pour dire « NON » à la prescription qui pourrait survenir dans l’affaire de l’empoisonnement au chlordécone.

Le cortège est parti dès 9h30 depuis la Maison des Syndicats pour se rendre place de la Savane.

Manifestants à Fort-de-France – Crédit photo Micha Bellemare ©

Le chlordécone (commercialisé sous le nom de Kepone aux États-Unis) est un insecticide toxique et ecotoxique. Il est aujourd’hui responsable de nombreuses maladies, principalement des cancers.

L’insecticide a été autorisé entre 1972 et 1993 dans les bananeraies des Antilles, polluant eaux et productions agricoles, alors que sa toxicité et son pouvoir persistant dans l’environnement étaient connus depuis les années 60.

Plus de 90 % de la population adulte en Guadeloupe et Martinique est contaminée par le chlordécone, selon Santé publique France, et les populations antillaises présentent un taux d’incidence du cancer de la prostate parmi les plus élevés au monde.

La manifestation a été organisée par de nombreux collectifs militants et politiciens. Ils espèrent grâce à cet important rassemblement que les pouvoirs publics « se rendent compte de leur erreur ».

En effet, deux juges d’instruction Parisiens, ont récemment laissé entendre, qu’il était probable que la plainte lancée il y a plusieurs années par des associations militantes se solde par un non-lieu, à cause du délai de prescription et de la disparition de plusieurs pièces du dossier.

Manifestants à Fort-de-France – Crédit photo Lionel Chamoiseu ©

Ce que contestent formellement les associations qui dénoncent une justice « lente » afin de « saboter » le dossier et prescrire la plainte.

Si la mobilisation a été très importante en Martinique rassemblant plusieurs milliers de personnes, elle a été plus timide en Guadeloupe où 300 personnes ont participé à une manifestation simultanée à Capesterre-Belle-Eau.

À Paris, lieu de la troisième manifestation simultanée, environ 200 personnes se sont rassemblées place de la République.

Un nouveau rassemblement est déjà annoncée lundi 1er mars à 18 heures à la maison des syndicats à Fort-de-France pour décider des suites du mouvement.


Les Répliques

Soutenez Les Répliques ! Un média indépendant et bénévole, ne touchant ni revenu publicitaire ni subvention publique. Aidez-nous à continuer en faisant un don en cliquant ici ou abonnez-vous au site et accédez à l’intégralité de nos publications !

Partagez sur les réseaux sociaux !

2 Commentaires sur “Chlordécone : important rassemblement à Fort-de-France en Martinique « Non à l’impunité ! »

  1. Marc Chanay :

    Les ministres (de gauche comme de droite) et les fonctionnaires en charge du dossier avait décidé d’arrêter l’utilisation une fois les stocks écoulés. Toutefois Édith Cresson délivre à la société Laurent de Laguarigue une seconde AMM pour le chlordécone sous la dénomination commerciale « Curlone » Mr de Laguarique s’est empressé de faire des stocks. Lien https://fr.wikipedia.org/wiki/Chlord%C3%A9cone. Ca donne du travail aux Antilles et ça évite d’aggraver le déficit de la balance commerciale et de financer les avancées sociales. Tout se tient.

  2. Marc Chanay :

    Maintenant on veut condamner l’Etat. Mais l’Etat ce sont les contribuables. Il faudrait donc condamner tous ceux qui en connaissance de cause ont soutenu ou laisser faire. Trop facile de vouloir condamner  »l’Etat » en faisant payer chaque contribuable. Ca devient explosif si les politiques et les fonctionnaires en charge de ces dossiers ne savent pas prendre des décisions de bon sens et courageuses.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *